Hellen est utilisateur du Quooker dès le tout début

Il y a quinze ans, Hellen van Berkel et Martijn Bresser ont quitté la ville pour aller vivre à la campagne. Leurs filles, Lieve et Rijkje, qui étaient toutes petites à l’époque, ont grandi entretemps. L’aîné fait des études supérieures et vit en kot. La famille a adopté un Quooker dès le tout début.

Pourquoi vous avez opté pour un Quooker?

‘C’était le fournisseur de cuisines qui nous a proposé. Ça date d’il y a quinze ans, personne n’avait entendu parler de Quooker. On a dit : d’accord. Une fois qu’on commence… On l’a surtout pris pour le confort. On n’était pas trop focalisé sur le fait qu’il soit économe en énergie. Maintenant, je trouve que c’est important. Nous avons aussi un distributeur de savon, dans lequel je ne mets pas de savon mais du liquide-vaisselle. Comme ça, plus de flacon laid sur le plan de travail. On était parmi les premiers à adopter le Quooker, au début c’était vraiment exceptionnel. Maintenant, la plupart des gens qu’on connaît en ont un.’ 

Qui fait la cuisine?

‘Moi. Mais je ne prends pas assez de temps pour le faire. Si j’avais plus de temps, je roulerais de village en village pour acheter des produits frais. Chez les paysans du coin, on peut acheter des produits tellement bons. Notamment des asperges, oooh ! Mais aussi de la bonne viande biologique et bien sûr des œufs et du lait frais. Je pense toujours que cuisiner de manière plus étendue viendra plus tard, quand j’ai un peu moins de pression au niveau professionnel. Pourtant, je fais un effort pour des occasions spéciales. Si possible, on s’installe dehors et je mets de longues tables sur la terrasse pour manger tous ensemble. La famille, les amis, plus on est, mieux c’est. Quand tout le monde a envie d'un thé après le repas, mon Quooker me fait autant de plaisir. Je passe ma théière de deux litres sous le robinet et je pars vite dans le jardin cueillir quelques tiges de menthe fraîche’.

Vous utilisez le Quooker à d’autres fins?

‘Cuire des œufs. Préparer des pommes de terre et des pâtes. Blanchir les légumes. Pocher. Chauffer des tasses et des assiettes. Quand mes filles étaient petites, je l’utilisais pour stériliser les biberons et pour préparer le lait et la purée. Maintenant, elles ont l’âge de se préparer elles-mêmes à manger. Surtout des nouilles. Je l’utilise aussi pour nettoyer. Je garde ma brosse à lessiver en dessous et je pompe une fois, ce qui suffit pour une poêle sale. Un peu d’eau bouillante sur un tissu pour enlever une tâche de ma robe. Détacher de la cire de mon beau chandelier en étain ; si je le fais au couteau, je le griffe. Oui, ce Quooker s’est déjà bien prouvé en quinze ans.’